Bundesamt für Kultur BAK

Diese Ausgabe ist für Browser ohne zureichende CSS-Unterstützung gedacht und richtet sich vor allem an Sehbehinderte. Alle Inhalte sind auch mit älteren Browsern voll nutzbar. Für eine grafisch ansprechendere Ansicht verwenden Sie aber bitte einen moder

Beginn Sprachwahl



Beginn Hauptnavigation

Ende Hauptnavigation


Beginn Inhaltsbereich

Beginn Navigator

  • Startseite

Ende Navigator

Drucken


Ortsbild des Monats Dezember 2008: Orvin BE

Das Ortsbild des Monats Dezember ist eine gekürzte Version der französischsprachigen Aufnahme aus der ISOS-Publikation Bern, Band 1, Jura Bernois et Bienne.

Orvin, canton de Berne, village d'importance nationale

Orvin BE, Photo aérienne 1972Orvin BE, Carte Siegfried 1872Orvin BE, Carte Nationale 1994


Evolution de l'agglomération    
Il semble que le site existait dès l'époque romaine; c'est là, en effet, que passait une voie romaine secondaire, débouchant à Frinvillier sur la route Aventicum-Augusta Rauracorum, franchissant le fameux Pierre-Pertuis. La première mention écrite du village et de sa chapelle, consacrée à Saint Pierre, date de 866. Le nom allemand du village Ilfingen est donc plus ancien que le nom français Orvin qui apparaît pour la première fois en 1393 dans des documents.

Bien que le site dépendît de la principauté épiscopale de Bâle du point de vue séculier, l'autorité ecclésiastique appartenait à l'évêque de Lausanne jusqu'à la Réforme en 1531.

Durant des siècles, le village fut administrativement lié avec la ville de Bienne. Après une brève période de domination française (1792-1814), Orvin fut rattaché au canton de Berne, en même temps que les autres communes de l'ancienne principauté épiscopale de Bâle. Depuis 1816, Orvin fait partie du district de Courtelary.

Trois gros incendies ravagèrent le village. En 1724 l'incendie détruisit dix-sept fermes et dix greniers. En 1754, ce fut encore pire: le feu détruisit plus de la moitié du village, 48 sur 88 maisons. Le pire de tous ces incendies détruisit en 1801 pas moins de soixante fermes, la cure et deux auberges.

Après la reconstruction du village au début du 19e siècle, Orvin ne connut ni de grands bouleversements au niveau du bâti existant, ni d'expansion importante. Lors de la publication de la première carte Siegfried, en 1872, l'extension du village agricole correspondait à peu près aux deux composantes du site délimités par l'ISOS. Les environnements étaient encore pratiquement libres de constructions. Le village resta dans cet état jusqu'au milieu du 20e siècle.

Après 1950, Orvin passa de plus en plus sous l'influence de Bienne. Depuis lors le site bâti connaît une certaine expansion, avec la construction de maisons familiales, d'une nouvelle école, vers 1960, et de quelques immeubles sur le versant nord.

Parallèlement, la population a connu un accroissement important et l'activité c'est déplacée vers le secteur tertiaire. Aujourd'hui, une grande partie de la population active se rend à Bienne pour travailler. En 2005, 1'207 personnes habitaient dans la commune.

Le site actuel    
Le village d'origine (> 1) se compose de deux axes, présentant le caractère général d'une grand'rue, bordés de constructions et se rencontrant à la hauteur de la césure que constitue l'Orvine. S'y ajoutent l'église, implantée en contre-haut dans un cimetière clos de murs, à l'extrémité est de l'axe sud, et le ravin libre de constructions, séparant les deux axes construits (> I). Le tout se caractérise par des silhouettes de grande qualité, parce que le village est implanté dans un paysage jurassien typique, en contrebas d'importantes falaises.

Le périmètre principal du vieux village a la forme d'un Y. Les trois branches portent les noms Rue Principale, Sonville/Rue Haute et Le Coin. Le tissu construit est divers: mais les pavés présents partout, les murets en pierre sur les côtés, les lampadaires installés vers 1990 et les diverses fontaines en pierre donnent une cohésion optique aux trois parties.

A l'intérieur du site construit, les qualités se trouvent en particulier dans l'espace allongé, courant parallèlement aux courbes de niveau, que constitue la rue principale, remarquable par sa cohésion spatiale et son image globalement intacte. L'espace est défini par deux rangées de fermes jurassiennes, soit isolées, soit accolées, datant en majeure partie de la première moitié du 19e siècle.

En général, les bâtiments isolés présentent leur pignon sur rue et les bâtiments accolés leur faîte parallèlement à la voie. On remarque les nombreuses fermes jumelées et les rangées courtes. Leurs toits sont pour la plupart couverts de tuiles, quelques-uns étant couverts de plaques d'eternit. Les parties de façades en bois sont assez nombreuses et comportent notamment de beaux greniers. Dans tout le périmètre il n'y a que peu de maisons construites après 1950, mais les transformations sont beaucoup plus nombreuses.

Les trois incendies du village ont eu pour conséquence qu'Orvin ne possède aujourd'hui que très peu de maisons construites avant 1801. Parmi celles épargnées par les feux, il faut mentionner les quatre plus vieilles maisons du village, antérieures à l'incendie de 1724 et situées en face de «l'Hôtel de la Crosse de Bâle»: Les Sarrasins. La légende raconte qu'un soir d'hiver, les habitants de ces maisons accueillirent des Sarrasins de passage. En guise de remerciement, les visiteurs leur offrirent leur protection.

L'axe sud de l'ancien village recèle un tissu davantage transformé, de même que le petit ensemble (> 0.1) sur la crête accueillante l'église paroissiale. Celui-ci, nommé Le Crêt, est fortement marqué par les bâtiments de l'établissement religieux Bethel, l'espace sur voie étant par conséquent passablement hétérogène.

L'église, implantée sur la crête avec sur le devant une place plantée d'arbres, et le cimetière clos par un mur sont d'une grande importance, aussi bien pour la cohérence spatiale de l'espace-ruelle Le Coin au sud qui est orienté directement sur le clocher-porche de l'église, que pour la silhouette extérieur du site.

Les espaces intermédiaires intacts, les jardins, murets, chemins et emplacements de travail constituent des éléments de grande valeur, de même que les rues pavées et les nombreuses fontaines qui rythment l'espace-rue au caractère rural affirmé.

La petite douzaine de fontaines ponctuent à distances irrégulières le bord de la rue. Elles ont en général deux bassins qui souvent portent la date de leur construction. Seule une fontaine date du 20e siècle - celle sur la place du village -, les autres ayant été placées entre 1832 et 1868.

Les emplacements de travail s'étendent souvent jusque derrière la maison où se trouvent les jardins potagers et où se dressent la plupart des greniers en bois, le village en possédant près de vingt, la plupart étant datés de 1712 à 1851.

La silhouette du site a été considérablement perturbée au cours des dernières décennies; de larges parties de l'environnement ont été bouleversées par de nouvelles maisons familiales et d'immeubles locatifs (> III), avant tout sur le versant sud, derrière le noyau. Toutefois, l'environnement le plus important, le ravin avec ses jardins, prés et vergers (> I), est resté pratiquement intact.

Nous recommandons    

  • Il faut absolument préserver la substance historique, les bâtiments ainsi que la structure de l'ancien village dans leur intégralité. Tous les projets concernant le développement du site doivent tenir compte de l'importance des environnements libres de contructions autour du noyau et grouper tout développement futur dans les environnements déjà partiellement bâtis. Tout doit être fait pour conserver le précieux capital esthétique des vergers.
  • Protéger en particulier l'église avec son environnement comme point important dans la silhouette du village.
  • Avant toute intervention en matière de construction, il faut consulter le recensement architectural du canton.
  • Pour la couverture des toits des anciennes fermes, la tuile traditionnelle à emboîtement, de couleur naturelle rouge, est souhaitable.
  • Etant donné l'importance des avant-cours des fermes pour la silhouette intérieure du site, il faut, avant toute intervention en matière de construction, examiner leur rôle à l'intérieur de l'entité; des mesures contrariant cette qualité doivent être refusées.
  • Il faut s'abstenir de construire des trottoirs à l'intérieur du tissu bâti à protéger.

Nous qualifions

**        Qualités de la situation
***       Qualités spatiales
**/        Qualités historico-architecturales
    
     
Les qualités de situation tiennent au positiv contraste entre l'espace allongé de la rue principale, par-dessus le ravin intact et l'axe construit en pente ainsi que l'église qui le surplombe. Ces qualités sont affaiblies par les constructions implantées dans deux environnements importants.

Les qualités spatiales se révèlent prépondérantes et résident dans le contraste village-ravin-église, dans l'espace clos et très varié de la rue principale, ainsi que dans la transition avec la bifurcation centrale et dans la courbe que dessine la route en traversant le ruisseau.

Les qualités historico-architecturales sont prépondérantes grâce à l'homogénéité de la substance construite et grâce au mode de groupement en rangées, intéressant sur le plan typologique et qui, dans la région, ne trouve de parallèles qu'à Vauffelin, Diesse et à Nods. Ailleurs, le Jura bernois ne connaît pas la rangée contiguë avant la naissance de l'urbanisme jurassien au 19e siècle.

Zurück zur Übersicht ???

Ende Inhaltsbereich

Volltextsuche

Weitere Informationen

Typ: PDF
31.10.2011 | 212 kb | PDF
La numérotation figurant dans la description du site, par exemple (> 1), se réfère au plan. Ce dernier présente une interprétation du site sous l'angle spécifique de l'inventaire.

Les photographies datent de 1979, 1998 et 2005.
Typ: PDF
15.03.2010 | 149 kb | PDF
Typ: PDF
12.03.2010 | 58 kb | PDF


Bundesamt für Kultur BAK
Kontakt | Rechtliches
http://www.bak.admin.ch/isos/03199/03246/03263/index.html?lang=de