Convention de l’UNESCO

La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (RS 0.440.6) a été adoptée le 17 octobre 2003 à la Conférence générale de l'UNESCO et est entrée en vigueur le 20 avril 2006. Elle complète la Convention de l'UNESCO pour la protection du patrimoine mondial culturel et naturel de 1972 (RS 0.451.41) qui a pour objet le patrimoine matériel et immeuble. Elle est aussi complémentaire à la Convention de l'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (RS 0.440.8), car la diversité culturelle se fonde sur la richesse du patrimoine culturel immatériel. On a longtemps sous-estimé la valeur fondatrice d'identités régionale et nationale et la valeur de communication entre générations du patrimoine culturel immatériel. La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel lui accorde la reconnaissance qu'il mérite. Elle a jusqu'ici été ratifiée par 120 Etats (liste de tous les Etats-membres).

Les principaux éléments de la Convention sont :

  • l'obligation pour les Etats-membres de créer des conditions favorables à la pratique et au développement des formes d'expression culturelle traditionnelles au niveau national et dans le cadre de la collaboration internationale
  • la reconnaissance du rôle des détenteurs du patrimoine culturel immatériel (communautés, groupes, individus qui créent, pratiquent et transmettent ce patrimoine)
  • la création d'une Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité, d'une Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente et d'un Fonds pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel qui doit permettre de soutenir financièrement et techniquement les Etats-membres dans la concrétisation de leurs obligations

Importance pour la Suisse

 

En Suisse, les trois échelons de l'encouragement officiel de la culture préservent et promeuvent les formes d'expression culturelle traditionnelles en soutenant les manifestations et la médiation culturelles et en allouant des subsides aux acteurs culturels, aux associations et aux institutions de la mémoire (p.ex. la Bibliothèque nationale suisse, les Archives fédérales).

La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel

  • consolide et renforce les mesures que la Suisse a déjà prises pour la sauvegarde de ce patrimoine et de la diversité culturelle et linguistique
  • revêt ainsi une grande importance pour la cohésion sociale, pour les relations entre les générations, pour l'image et l'identité culturelles de la Suisse et de ses régions

En la ratifiant, la Suisse souligne au niveau international son engagement de promouvoir le respect entre les cultures ; elle participe au dialogue culturel multilatéral et fait connaître ses propres valeurs culturelles à l'étranger.

Dernière modification 01.02.2012

Début de la page

https://www.bak.admin.ch/content/bak/fr/home/patrimoine-culturel/patrimoine-culturel-immateriel/la-convention-de-lunesco.html