La gestion du danger d’avalanches

Catégorie : connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers

Etats : Autriche et Suisse

Cette tradition illustre le patrimoine hivernal alpin. Elle englobe les diverses techniques développées afin d'assurer la sécurité de l'être humain dans les régions d'altitude, par des connaissances toujours plus poussées du manteau neigeux et des « caprices de la montagne ». Elle renvoie aux liens établis par les populations alpines avec leur environnement ainsi qu'à l'association de savoir-faire ancestraux à la technique scientifique moderne. La synthèse de tradition et de technicité constitue une caractéristique très originale de la candidature.

Des collaborateurs du SLF examinent le manteau neigeux du site avec un scanner laser © Daniel Martinek
Des collaborateurs du SLF examinent le manteau neigeux du site avec un scanner laser © Daniel Martinek

Assumée par les guides de montagne et responsables de remontées mécaniques, épaulés dans leur travail par des chercheurs spécialisés, la gestion du danger d’avalanches implique une vaste palette de savoir-faire immatériels et scientifiques : étude des précipitations (vent, pluie, redoux), du manteau neigeux et des types de flocons, prévention auprès des amateurs de sports d’hiver… Loin des images d’Épinal de chiens du Saint-Bernard portant un tonnelet d’eau-de-vie, ce travail exigeant, réalisé par amour pour une montagne néanmoins meurtrière, se fait tant sur le terrain qu’en coulisses. D’une part, il s’agit de minimiser les risques en créant des protections naturelles ou artificielles. D’autre part, il faut sensibiliser skieurs et randonneurs, par une information précise et constamment renouvelée, sur les risques encourus. Sur le terrain enfin, à l’étude des conditions s’ajoutent diverses mesures de protection ou de gestion, telles le déclenchement des avalanches. Cette lecture des risques se fait sur la base de connaissances informelles et scientifiques, transmises sur plusieurs siècles. Marquée par une professionnalisation croissante, elle nécessite pourtant toujours une connaissance intime et personnelle d’un environnement direct – vallée, domaine, etc. – et implique une importante transmission interpersonnelle, aussi auprès des amateurs intéressés.

Le 13e Comité intergouvernemental de sauvegarde du Patrimoine culturel immatériel, réuni à Port-Louis (République de Maurice) a inscrit le 29 novembre 2018 la Gestion du danger d’avalanches sur la Liste représentative du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité.  

Dernière modification 29.11.2018

Début de la page

Contact

Office fédéral de la culture
Section culture et société
Julien Vuilleumier
Hallwylstrasse 15
3003 Berne
Téléphone +41 58 467 89 75
Courriel

Imprimer contact

https://www.bak.admin.ch/content/bak/fr/home/patrimoine-culturel/patrimoine-culturel-immateriel/mise-en-_uvre/liste-representative-du-patrimoine-culturel-immateriel/la-gestion-du-danger-davalanches-.html