L’OFC remet le Grand Prix suisse d’art/ Prix Meret Oppenheim 2022

Berne, 07.04.2022 - Sur recommandation de la Commission fédérale d’art, l’Office fédéral de la culture (OFC) distingue cette année les artistes Caroline Bachmann et Klodin Erb ainsi que les ingénieurs civils Jürg Conzett et Gianfranco Bronzini. Les Grands Prix suisses d’art/ Prix Meret Oppenheim 2022 seront attribués dans le cadre de la remise des Prix suisses d’art, le 13 juin, à Bâle.

Le Grand Prix suisse d’art / Prix Meret Oppenheim (PMO) récompense depuis 22 ans des personnalités éminentes actives dans les domaines de l’art, l’architecture, la médiation, la recherche ou la critique. Avec Caroline Bachmann et Klodin Erb sont distinguées deux figures féminines d’exception de la peinture suisse. Le duo d’ingénieurs civils Jürg Conzett et Gianfranco Bronzini sont honorés pour leur contribution unique à une culture du bâti de qualité.

Les Grands Prix suisses d’art / Prix Meret Oppenheim 2022 seront attribués dans le cadre de la remise des Prix suisses d’art, le 13 juin, à Bâle. La cérémonie ouverte au public sera suivie du vernissage de l’exposition des « Swiss Art Awards », dans laquelle les lauréates et lauréats du Grand Prix suisse d’art seront présentés sous forme de vidéos. L’exposition des « Swiss Art Awards » se tient en marge d’Art Basel du 13-19 juin.

Caroline Bachmann

« Ce n’est qu’une question de lumière ! » (Caroline Bachmann)

Caroline Bachmann (*1963 à Lausanne, vit entre Cully et Berlin) est autodidacte. Ses peintures, qu’elle réalise très lentement, figurent la nature d’une manière synthétique qui lui confère une forme d’éternité. Diplômée en graphisme aux Arts Décoratifs de Genève en 1988, Caroline Bachmann a d’abord vécu à Barcelone, puis à Rome. Elle revient en Suisse en 2003. Elle commence alors une collaboration avec l’artiste suisse Stefan Banz et ils fondent à Cully la KMD– Kunsthalle Marcel Duchamp | the Forestay Museum of Art, un espace d’exposition et de recherche. En 2013, elle découvre une constellation d’artistes du début du 20e siècle, dans le sillage des dadaïstes américains. Cette rencontre va transformer son travail. En conversation avec eux, et à travers la relation que ces peintres américains entretiennent avec la nature, elle forme le langage pictural concis et quasi-onirique qui caractérise ses œuvres. Paysages, religion, portrait, nature morte, Caroline Bachmann s’empare des thèmes classiques de la peinture. Travaillant sur de nombreuses peintures en parallèle, elle démultiplie et connecte les temporalités et les sujets. Ses portraits de femmes artistes, actives en Suisse ou à l’étranger, ou de peintres du passé, s'inscrivent dans une tradition mais composent aussi une sorte de manifeste. Ses innombrables vues du lac Léman et des montagnes la nuit ou au lever du jour sont tout autant des hommages au renouvellement infini d'un paysage local, qu'une célébration cosmique du mariage des éléments.    

Jürg Conzett & Gianfranco Bronzini   

« Les arguments intuitifs ne comptent pas, nous effectuons un travail intellectuel. Ce qui est amusant, c’est de réorganiser sans cesse la construction mentale. » (Jürg Conzett)

« Nous remettons toujours les directives en question, car nous ne voulons pas nous contenter de construire des ponts. » (Gianfranco Bronzini)

Les ingénieurs Jürg Conzett (né en 1956 à Aarau, vit à Tamins) et Gianfranco Bronzini (né en 1967 à Poschiavo, vit à Bonaduz) prouvent que l’art de l’ingénierie fait aussi toujours partie de la culture du bâti. Cela tient essentiellement au fait que l’un et l’autre ne se voient pas comme les prestataires de services d’architectes célèbres, mais revendiquent pour eux-mêmes le droit de concevoir. Dans leurs projets, ils se laissent guider par un objectif : que les interventions dans le paysage, la ville ou le bâti soient appropriées, tant du point de vue statique qu’économique et esthétique.

La base de leurs projets est un travail mental intense. Ils essaient souvent le contraire pour trouver la solution la plus intelligente du point de vue technique et esthétique, comme en témoignent l’élégante passerelle Negrelli par-dessus les voies de la gare centrale de Zurich, l’audacieux pont suspendu dans la gorge de la Viamala ou le Pont des Merveilles devant le Technorama de Winterthour.

Conzett et Bronzini collaborent depuis 1994 et gèrent un bureau commun à Coire depuis 1996. Ils ont été distingués plusieurs fois pour leur travail, notamment en 2021 par le Prix Acier de la construction métallique pour la passerelle Negrelli.    

Klodin Erb   

« Parler de ma façon de peindre, de comment mes œuvres naissent, n’a aucune importance pour moi. Je trouve bien plus intéressant de m’interroger sur les raisons qui poussent un individu à peindre, sur le type de sentiment qui entre en jeu dans cet acte. » (Klodin Erb)

Dans ses mondes expressifs et fantastiques, l’artiste Klodin Erb (née en 1963 à Winterthour, vit à Zurich) réagit aux ambiances et situations sociétales et médiatiques du présent. La peinture est son principal moyen d’expression. C’est souvent le sujet qui détermine la forme : selon la problématique abordée, l’artiste recourt à différentes techniques picturales. Elle combine ainsi forme et contenu pour obtenir un maximum d’expression et de force. Ses images sont toujours enracinées dans le présent et dégagent une féminité affirmée. Ses influences formelles proviennent de la culture pop, du Web et de l’histoire de l’art. Klodin Erb prend manifestement un grand plaisir à expérimenter, elle ne cesse d’explorer les limites de la peinture. Observatrice minutieuse, l’artiste s’intéresse à la question de savoir comment nos structures sociales évoluent et à quels défis nous devons répondre. Tout comme l’être humain – et donc notre société – ne cesse de se développer, Klodin Erb remet à chaque instant les choses en question et renouvelle constamment son travail artistique en le faisant progresser. Ses excursions dans d’autres médias comme le cinéma, l’installation ou le collage s’avèrent extrêmement inspirantes et fécondes. L’artiste inscrit ensuite dans sa peinture les trouvailles qu’elle y a faites.


Adresse pour l'envoi de questions

Sur les Prix suisses d’art :
Léa Fluck, Encouragement de l’art, section Création culturelle, Office fédéral de la culture, tél. : 078 616 22 67, lea.fluck@bak.admin.ch

Interviews avec les lauréats et les lauréates :
media-kunst@schweizerkulturpreise.ch



Auteur

Office fédéral de la culture
http://www.bak.admin.ch

Contact spécialisé
Dernière modification 25.03.2019

Début de la page

https://www.bak.admin.ch/content/bak/fr/home/actualites/nsb-news.msg-id-87927.html